Fable du XXème siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fable du XXème siècle

Message  ch'facteur le Mer 15 Fév - 9:09

Suite au dernier post de Papyvelo sur « vieillir », je vais vous raconter une fable que j'ai déjà eu l'occasion de lire, vous allez comprendre :

Je vais vous raconter une fable intitulée :  « Sois sans temps ». 60 ans, je crois que ça s’écrit comme ça , ????
Il est a signaler que toutes ressemblances avec des personnages ou des événements existants ou ayant et patati et patata...

Il était une fois, once upon a time pour les bilingues, une jeune et jolie maman qui venait de mettre au lit ses trois petits enfants.
L'hiver pointait déjà le bout de son nez et dehors les routes étaient verglacées.
Le mari partait travailler toute la semaine en déplacement pour satisfaire aux besoins du foyer.
Faut vous dire messieurs, qu'en ce temps-là, le chômage n'existait pas !
Le travail des mamans était rude, car faut vous dire messieurs, qu'en ce temps-là, les couches jetables, par exemple n'existaient pas !
Elle avait passé sa journée au ménage et travaux usants pour tenir la maisonnette impeccable, à la lessive, car faut vous dire messieurs, qu'en ce temps-là, les machines à laver le linge n'existaient pas !
Il était tard et elle était fatiguée, très fatiguée.
Inquiète de ne pas voir son époux rentrer ce samedi (eh oui, on travaillait six jours sur sept en ce temps-là !), elle finit par s'endormir.
Faut vous dire messieurs qu'en ce temps-là, le téléphone n'existait pas !
Puis quand vers minuit, le courageux jeune homme arriva enfin à la maison, faut vous dire messieurs qu'en ce temps-là les autoroutes n'existaient pas !, il vint se glisser tout doucement contre sa tendre, comme pour la rassurer, et bien évidemment avec des intentions charnelles.
Sa dulcinée, plongée dans les bras de Morphée, se réveilla..., mais, dans un demi-sommeil à la fois contente de retrouver un peu de chaleur, faut vous dire messieurs qu'en ce temps là le chauffage central n'existait pas !,et aussi un peu ronchonne d'être réveillée s'exécuta...
Puis, obligations matrimoniales assouvies, le couple s'endormit paisiblement.
Mais, vous l'aurez deviné, faut vous dire messieurs qu'en ce temps-là la pilule n'existait pas !, et bien quelques mois plus tard, et bien le quatrième était attendu.

Un jour d'orage la sage femme arriva, faut vous dire messieurs qu'en ce temps-là, les mères accouchaient bien souvent chez elles, et le petit ou la petite car en ce temps là messieurs, l'échographie n'existait pas !, se faisait attendre, attendre, attendre...
Et oui, souvenez-vous, il a été conçu un soir d'hiver et voulait donc rester bien au chaud.
Mais la nature est plus forte que tout et enfin l'enfant passa sa tête. Il ne voulait pas sortir, simplement rester au chaud et dormir. Arriva enfin la délivrance et le plus beau bébé du monde montra enfin toute sa magnificence.
Mais pas un bruit, calme, résigné, et un peu hébété.
L'accoucheuse prit le garçon par les pieds et, la tête en bas, le tapa sur les fesses .
Dans un esprit de rébellion, il se décida à crier, à hurler, à vociférer, bref à brailler. Tout le monde était content, rassuré, sauf bien évidemment le nouveau né qui ne demandait rien à personne. Il voulait simplement terminer sa nuit, car souvenez vous, ce gamin, a été conçu alors que la mère était à moitié endormie.
Comprenez que soixante ans plus tard le fils de ma mère, pensées pour mon papa, vous aviez peut-être compris que je parle de moi, ce magnifique, cet admirable, ce merveilleux petit être, et oui je vais faire plaisir aux grands en soulignant que je ne suis jamais devenu un géant, a passé toute sa vie à moitié endormi, toujours frigorifié et en râlant de temps en temps: fallait pas me taper à la naissance.
Un ange, un ange gardin.

Mais ma maman, qui fait bien les choses, avait un petit souci avec les tables de multiplication. En français, elle se débrouillait parfaitement bien puisque son papa, véridique, l'obligeait à copier des pages entières de dictionnaire.
Le soir, tout le monde lisait, faut dire messieurs qu'en ce temps-là, il n'y avait pas le télévision ! Ou presque …. C'est une fable et j'écris ce que je veux !!!
Faut vous dire messieurs qu'en ce temps-là, il n'y avait pas d'ordinateur, pas de tablette !
Faut vous dire messieurs qu'en ce temps-là, il n'y avait pas de calculatrice !
Comme beaucoup elle n'aimait pas la table de multiplication par sept, et encore moins celle par huit.
Pour moi, pas de problème, non, ma maman m'a mis au monde un sept. Et ma maman a accouché, souvenez vous que j'ai été conçu au début de l'hiver, vous ne suivez pas, et bien au mois d'août, le huitième de l'année.
Et comme vous le savez tous sept fois huit font, font...
Ben oui 7x8=56.
Quand je dis ça, les gens réfléchissent et se mettent à multiplier leur jour de naissance par le mois !!!! ça ne marche pas à tous les coups....
Perso, je n'ai jamais eu de problème avec la table par sept.
56, année de l'invention de la couche jetable. Il s'est passé plein de choses cette année-là, hiver très rude, comme je vous l'ai dit un peu plus haut, l'Algérie, des remous politiques, mais en faisant des recherches j'ai trouvé la création d'un impôt : la vignette automobile , créée pour les vieux de plus de 60 ans jusqu'en 2000. Tant pis pour moi, à moins que nos politiques ne la rétablissent...

Une décennie de plus, mais je m'en fous, car à partir d'août j'aurai la queue en l'air. Et oui, six, le six de soixante s'écrit bien avec la queue en l'air . Cinq n'est pas un chiffre intéressant, par contre six, oui ! Chiffre avec la queue en l'air. Soixante, la queue en l'air, puis soixante et un, la queue en l'air, 62 etc... Apothéose de cette décennie, le chiffre magique : soixante neuf qui mettra fin à cette vie de queue en l'air.
Vingt, trente, quarante, puis trois fois vingt, comme dit la chanson ; la vie commence à soixante ans.
Quand je vois tous ces jeunes qui vont entrer dans le quatrième âge, je suis confiant, et même si j'ai l'âge de mes artères, je citerai un dicton médico-thérapeutique: Si, après cinquante ans tu te réveilles le matin et que tu n'as mal nul part, c'est que tu es mort. Je citerai par contre un écrivain russe du18eme siècle : « Si la jeunesse est la plus belle des fleurs, la vieillesse est le plus beau des fruits ».
Le titre de cette fable peut vous paraître bizarre « sois sans temps » . Je l'ai pensé car j'ai l'impression d'être intemporel. Puis viendra soixante-dix, septante, pour les bilingues puis octante et nonante et puis, un jour, un jour peut-être, j'espère vous lire une autre fable ayant pour titre « sois cent ans ».
Mais faut vous dire messieurs, que d'ici 2056 , il y a encore plein de choses à inventer.

René.
avatar
ch'facteur

Messages : 136
Date d'inscription : 18/10/2011
Age : 61
Localisation : mericourt

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un 69 répond

Message  Le GPS le Mer 15 Fév - 10:50

Ouhhh la a la Chantal..... tin vieux id vient philosophe..... study
Au faîte !!! ta mis toul' nuit pour écrire tou châ.......!!!!!! lol!
avatar
Le GPS
Admin

Messages : 247
Date d'inscription : 21/11/2011
Age : 69
Localisation : Hénin-Beaumont - 62110

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Sournoiserie

Message  Franck le Jeu 16 Fév - 10:35

Bonjour

Avertissement à tous, le soleil tape terriblement en ce moment, réchauffement climatique?

Cela n'est pas anodin, nous risquons de rencontrer des situations incohérentes. Pourtant, sur les chemins, les rues et routes du secteur, notre facteur adoré l'a supporté durant de loooongues années, le soleil

Je ne vois que le réchauffement climatique soudain comme explication. C'était pourtant un mec bien, que voulez-vous, ça vous tombe dessus comme la pauvreté sur le monde, c'est triste.... Je préconise des serviettes mouillées sur la crâne de not' grillon, la cocotte est en train de bouillir


Alors, ça c'était pour rigoler.

Beau récit mon ami, remplit de tendresse (quoique l'épisode du devoir conjugual,...) et de vérité.

Arff, j'avais dit que je ne chambrerai plus, mais chassez le gros, il revient au frigo.
Excuses moi, mon cher Joachim Rodriguez du CCR

A bientôt

Tigrou

_________________
A l'impossible, nul n'est tenu. A cœur vaillant, rien d'impossible.
Dicton de barman: Si tu bois pour oublier, paies avant de commencer !!!
avatar
Franck

Messages : 572
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 40
Localisation : rouvroy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fable du XXème siècle

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum