Eddy Merckx s'impose dans "le quatrième mur"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Eddy Merckx s'impose dans "le quatrième mur"

Message  l'allongé le Jeu 12 Jan - 15:37

Extrait du roman "le quatrième mur" de Sorj Chalandon paru chez Grasset (p34 &35)

Sam (un Grec qui a fui son pays lorsque les colonels ont pris le pouvoir et s'est  réfugié en France ):    
 " Et mon deuxième bonheur s'appelleEddy Merckx !"

J'ai été stupéfait. Je n'avais lu que La Cause  du peuple pendant des années. Je m'étais résigné à Libération et Sam lisait l'Equipe. Il a posé le journal sur la table, balayant nos verres et toute la Grèce avec.

Sam :     "Huit étapes gagnées, tu te rends compte ? Il a enlevé le prologue et arraché la 22e !"

  Je ne me rendais pas compte, non. Toujours pas. Le Tour de France s'était terminé deux jours plus tôt. Le Belge l'avait emporté pour la cinquième fois. Et alors ? Et quoi ? Pour moi, ce 21 juillet, la Garde nationale  Chypriote avait défendu la ville de Kyrénia des assauts turcs. Et les fantoches sud-vietnamiens venaient de lancer une grande offensive contre les communistes de Tay Ninh.
J'étais mal à l'aise. Il parlait fort, riait, perdait son français. Il disait que la vie, c'était ça aussi, un homme sur un vélo qui bouffe des kilomètres en hurlant de douleur. Il disait que le sport, c'était une autre façon de résister. A soi-même, aux difficultés, aux intempéries, à cette mélancolie qui m'allait si bien.

Sam :      "Tu m'écoutes, Georges ?"

J'ai sursauté. J'étais un peu déçu, réfugié ailleurs. Cet instant magique, entre lui et moi, le combattant grec et le militant internationaliste, tout cela devenait caravane du Tour, avec klaxons, réclames de lessive et mirlitons de supporteurs.
"Y-a-t-il eu des cyclistes grecs ?"

Sam à ri de mon effort. Je crois qu'il le lisait à coeur ouvert.
"Il y a eu un Trophée es Antiquités, une sorte de Tour de Grèce. Mais le maillot du vainqueur était bleu."

"Je ne comprends pas le sport, je ne suis pas nationaliste," j'ai dit.
Ma phrase avait été mâchée, lâchée au dépourvu. Sam s'est arrêté, verre levé, sans me quitter des yeux.

Sam : "L'antinationalisme ? C'est le luxe de l'homme qui a une nation."
Il était sombre, gestes empesés et voile dans le regard. Je ne l'avais jamais vu ainsi.

_________________
Qu'est-ce, en effet, le plus souvent, que ce prétendu bon sens ?  Rien d'autre qu'un composé de postulats irraisonnés et d'expériences hâtivement généralisées.  Marc Bloch, historien
avatar
l'allongé
Admin

Messages : 1262
Date d'inscription : 02/05/2008
Age : 67
Localisation : Henin

Voir le profil de l'utilisateur http://ccrouvroy.forumchti.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum